Après le beau temps, la pluie
sentir la pluie. Celle qu’on maudit ou qu’on invoque, celle que les citadins détestent, que les paysans implorent, celle qu’on préfère fine plutôt qu’à verse, tiède plutôt que glacée, celle après laquelle vient évidemment le beau temps…
Sentez, c’est la santé !
j’ai la mémoire qui flanche J’me souviens plus très bien Quelle était l’odeur sa peau, quel était son parfum Etait-il frais, ou capiteux, était-il envoutant Sentait-il bon, ou bien mauvais, son odeur me plaisait Tout c’que je sais, c’est que depuis je n’me souviens plus d’rien. Une petite adaptation des paroles de cette chanson mythique de Serge Rezvani pour vous parler des recherches du docteur Willem qui nous explique dans son dernier ou
C’est du chinois !
Alors que nous frétillons des narines et des neurones à l’odeur de l’herbe coupée, des embruns ou d’un gâteau sorti du four, les chinois préfèrent se shooter à l’odeur du riz-qui- cuit ou de l’eau-qui-bout-dans-une-bouilloire-en-acier. C’est à l’occasion du Wu er Ling (fête des amoureux) que les jeunes chinois ont coutume d’offrir un parfum qui rappelle leurs traditions.
LE P'TIT SNIFF à SEOUL...COOL
Notre P'tit Sniff est en ce moment à Seoul au POP UP store Diptyque, à Garosu-Gil dans une ambiance Bistrot-Labo pour découvrir les étapes de la nouvelle création parfum de la maisonEau de MINTHE.
le Maroccolfactif
Au retour d’une escapade marocaine, le P’tit Sniff® aimerait vous faire respirer toutes les richesses odorantes de ce pays magnifique, si bien racontées dans ce texte de Carlos Benaïm et partager avec vous les images d’un lieu magique, prédestiné à accueillir de futurs ateliers olfactifs dans un décor naturel et authentique entre ciel azur et terre rouge.
LE P'TIT SNIFF in L.A.
choc à L.A., très chic à Dubaï, après NewYork, Londres, Berlin, Shanghai, Hong Kong, Seoul, Tokyo, le P'tit Sniff nous emmène par le bout du nez pour un tour du monde des PopUp Stores Dyptique. ...Merci à Vicky notre jolie P'tite Sniffeuse de Los Angeles qui toujours un pied dans le futur!