et Paf !

et Paf !

M B févr. 7, 2019 Le mag 0 Commentaires

Avoir du flair, le nez creux, être un fin limier… La langue française regorge d’expressions qui témoignent du rapport complexe et animal que nous entretenons avec notre odorat.

En 1879 Paul Broca cartographie pour la première fois le cerveau humain et livre une analyse sommaire du bulbe olfactif, impliqué dans notre perception des odeurs. L’anatomiste français démontre que chez l’homme cette région du cerveau est plus petite que celle des chiens ou des rongeurs, connus pour leur odorat développé. Nous ne serions donc pas capables de distinguer autant de senteurs et moins soumis à leurs influences.

Pourtant d’après John Mc Gann voilà 150 ans que nous sommes dans l’erreur. Ce psychologue qui étudie le système olfactif depuis 15 ans affirme que nous pourrions reconnaître des milliards d’odeurs, n’en déplaise à Rantanplan et à Ratatouille.

Renifler + ICI

Leave your reply

*
**Not Published
*Site url with http://
*