Parf-un, parf-une
Et voici revenir la Saint Valentin, drapée des senteurs du sempiternel bouquet de roses rouges et des effluves d’un flacon de parfum enrubanné. Mais comment choisir ce dernier sans fausse note et en harmonie avec la personnalité de sa tendre moitié ? Ne serions nous pas plutôt attiré par la représentation que nous avons de l’odeur, virile pour il, sensuelle pour elle ?… et d’ailleurs, trop d’odeur ne tue-t’elle pas l’odeur ? Masculins ou fémini
et Paf
Avoir du flair, le nez creux, être un fin limierLa langue française regorge d’expressions . En 1879 Paul Broca cartographie pour la première fois le cerveau humain et livre une analyse sommaire du bulbe olfactif, impliqué dans notre perception des odeurs. L’anatomiste français démontre que chez l’homme cette région du cerveau est plus petite que celle des chiens ou des rongeurs, connus pour leur odorat développé. Nous ne serions donc pas capables
Pecunia non olet
N’en déplaise à ceux qui puent le fric, on dit que l’argent n’a pas d’odeur et bien malin celui qui en créera le parfum. Cependant s’il devait en avoir une, ce serait plutôt celle des vespasiennes, soit des relents d’urine, si l’on en croit cet article qui nous raconte l’origine de l’expression « l’argent n’a pas d’odeur ». Alors si le Pt’titSniff® nous en concocte la senteur, espérons que ce sera celle de l’oseille!
Le rose, la rose
Il n’est pas si loin le temps où l’on choisissait de délicats parfums pour nos délicats popotins, et où les publicitaires nous vendaient du PQ aux senteurs multiples et enivrantes. Qui voudrait à présent que son auguste derrière sente la violette, la lavande ou la rose ?
La truffe
Et là bien sûr on parle de la truffe noble et rare, du diamant noir, et non du p’tit museau grumeleux et humide de nos charmants compagnons domestiques. Le saviez-vous, les truffes ont un genre, madame Truffe est plus grande et plus forte que monsieur, elle se révèle bien plus efficace dans le développement des futurs petits Truffe, et elle est même capable d’hermaphrodisme…qu’on arrête de prendre les femmes pour des truffes ! Colette, qui éta
DESSINE MOI UNE ODEUR !
Dans la troisième dimension on pouvait déjà imprimer un objet fonctionnel, une pièce de rechange introuvable, un bijou. Bientôt dans le cinquième sens, celui de l’odorat, on pourra choisir une odeur, la capturer et l’immortaliser en appuyant sur la touche Print… et bien sûr l’envoyer à tous ses contacts. Ça va vous en boucher un coin de narine !